LA MAISON D’OS · 1991

Autre
Théâtre
LA MAISON D’OS · 1991
Dubillard · Vigner

Présentation

Extrait du parcours

"Mieux vaut parler comme on veut que comme il faut,
ou sinon, je vais me taire, c’est à choisir.
[1]

Éric Vigner choisit LA MAISON D’OS de ROLAND DUBILLARD comme mise en scène fondatrice de la COMPAGNIE SUZANNE M. Ce premier spectacle devient le "manifeste" d’une volonté artistique, esthétique et morale de faire ici et maintenant un théâtre libre, loin des tours et détours idéologiques, loin du triomphe du faux-semblant lié à l’exercice d’un théâtre englué dans le consensus mou.

LA MAISON D’OS a été créée en 1962 au Théâtre de Lutèce, petite salle disparue depuis, dans une mise en scène d‘Arlette Reinerg. Cette pièce n’avait jamais été remontée jusqu’à ce que Vigner ne s’en empare en 1991 et entraîne dans l’aventure une vingtaine de jeunes comédiens : ODILE BOUGEARD, ELSA BOUCHAIN, BRUNO BOULZAGUET, CHRISTOPHE BRAULT,  ARNAUD CHURIN,  PHILIPPE COTTEN, MYRIAM COURCHELLE, BENOÎT DI MARCO, BENOÎT GIROS, XAVIER DE GUILLEBON, PAULINE HEMSI, PASCAL LACROIX, DENIS LÉGER-MILHAU,  GAËL LESCOT, LAURENT LÉVY, FRANÇOIS MOREL, ARTHUR NAUZYCIEL,  JEAN-FRANÇOIS PERRIER, GUILLAUME RANNOU, ALICE VARENNE, KARINE VUILLERMOZ, CATHERINE VUILLEZ. Il réussit à monter ce premier spectacle par souscription dans un endroit inattendu: une ancienne usine de matelas désaffectée d’Issy-les-Moulineaux, la première a lieu le 25 janvier 1991.

"Une bâtisse étroite sur trois étages: le lieu vertical. C’est une ancienne fabrique de matelas; une fois dans le hall du rez-de-chaussée conquis par le théâtre, on peut lire, non, déchiffrer, sur le mur écaillé, les mots de crin, plumes. La rencontre avec le lieu a été extraordinaire; c’est un lieu magique qui, en plus, correspond à ce qu’avait rêvé Dubillard: que sa pièce fonctionnait sur la verticalité et non sur l’horizontalité. Ce qui m’intéressait c’était de faire en sorte que les spectateurs soient dans la maison. Souvent au théâtre, les spectateurs sont devant les choses, devant le spectacle. J’ai envie de travailler justement pour que les spectateurs soient dedans, en fait c’est la problématique du spectacle. Une pièce folle pour un spectacle insensé qui, s’il ne mène pas de la cave au grenier, transporte (au sens premier du terme) le spectateur d’un étage à l’autre."
ÉRIC VIGNER

Jeudi 6 mai
"Il n'y a que Paris pour ces tragédies bourgeoises. Ces jours-ci est morte une semaine après son mari, Mme x. La Maison x., sans un capital bien connu, était une maison à chevaux, à voitures, à nombreux domestiques. La malade est morte dans son lit, sans avoir été complètement déshabillée, pendant cinq jours, par ses femmes faisant une noce d'enfer avec les domestiques dans le sous-sol, et des sinapismes ayant été recommandés par le médecin, c'est le cocher complètement saoul, qui les lui a posés sur ses bas, oui sur ces bas, qui n'avaient pas été retirés." 
Suggéré par ce passage du Journal des Goncourt (1880), le sujet de La Maison d'Os est l'agonie d'un vieillard très riche, sans famille, entouré d'une quarantaine de domestiques pour qui la question n'est pas là. La pièce (comédie ou tragédie ?) n'a pas l'air "construite". En réalité elle est construite comme une maison. C'est à dire qu'elle n'est pas en mouvement, construite dans le temps comme une symphonie ou un drame. Si elle dure un certain temps, c'est qu'il faut du temps pour tout (pour voir une peinture, pour visiter des ruines). L'Action (ou l'inaction) se passe dans une maison trop vieille, isolée du reste du monde, abandonnée par lui comme ses habitants s'abandonnent les uns les autres, la vie s'y joue surtout dans un espace vertical, de la cave au grenier. Les relations du maître à ses domestiques (médecins, prêtres ou avocats compris), des domestiques entre eux, du maître à soi-même et à la mort et enfin des pierres et des poutres de la maison entre elles; ces relations sont assez diverses et nombreuses pour donner une apparence de mouvement à cette construction inerte, à ce bâtiment, comme un cadavre semble animé par ses vers. Le sujet n'est pas plus macabre que celui de plusieurs oeuvres classiques. Il n'empêche pas  La Maison d'Os de s'orienter dans le sens de la vie, voire de la rigolade. L'auteur assure n'y avoir dissimulé aucune philosophie
." 
Roland Dubillard, 1962

LA SERVANTE: Qu'est-ce que tu veux ?
Le Valet ne répond pas.
Oh !... Quel âge tu as ? (II ne répond pas)
Mais enfin, qu'est-ce que tu as ? Qu'est-ce que tu es, ici, hein ? Qu'est-ce que t'es, dans la boîte ? Hein? Combien il te paye, le Monsieur ? T'es rien, rien !
LE VALET : Et toi ? [1]

LE MAÎTRE: Ma maison. Je veux qu'on me donne ma maison. Je ne l'ai pas. Je suis dedans. Le dehors, encore, il nous en reste une idée cohérente. Mais le dedans, c'est l'incohérence même. Je ne vois pas. Je sais que c'est par là qu'il faut que je passe si je veux me retrouver dans ma grande salle d'harmonium, mais ça c'est le pratique, un aveugle en ferait autant, ce que je veux c'est me représenter le dedans de ma maison comme elle est.
LE VALET: Monsieur me permettra de confier à Monsieur qu'à cet égard je ne connais personne qui ne soit dans le cas de Monsieur. Le dedans d'une chose sitôt qu'on y entre, on ne peut plus, Monsieur, regarder cette chose du dehors. [1]

La mise en scène d’Éric Vigner révèle de grandes qualités d’illusionniste et d’agitateur de l’espace, une capacité d’adaptation et d’invention au service d’une écriture rare, le "dehors" et le "dedans" des maisons et des êtres, la nostalgie de l’enfance, l’angoisse de l’être, une véritable exploration de "l’espace du dedans", pour reprendre l’expression d’Henri Michaux. Les spectateurs voyagent dans la maison comme dans un corps. Le spectacle commence au rez-de-chaussée, continue dans les étages et finit au grenier - la tête de ce corps. LA MAISON D’OS obtint un succès important et fut recréée le 27 octobre 1991 dans le cadre du Festival d’Automne, dans les profondeurs de l’Arche de la Défense.

"Cette histoire qui semblait avoir trouvé son lieu idéal de représentation et que nous avons réalisée dans l'urgence et la nécessité à Issy les Moulineaux, nous avons choisi aujourd'hui de l'inscrire dans les fondements de ce corps tendu vers le ciel qu'est la Grande Arche de la Défense. Le théâtre ici naîtra de cette mise en confrontation paradoxale. Notre projet artistique (esthétique plutôt) est de toujours travailler à partir de la réalité du lieu investi."
 ÉV 

[1] ROLAND DUBILLARD, LA MAISON D'OS, Gallimard 1962

© Photographies : Alain Fonteray
Textes assemblés par Jutta Johanna Weiss

Générique & production

Œuvre originale

Titre de l'œuvre originale: 
La maison d'os
Auteur de l'œuvre originale: 
Langue de l'œuvre originale : 
Français
Genre de l'œuvre originale: 
,
Éditeur de l'œuvre originale: 
Année de dépôt légal ou de création originale: 
1962

Générique

Direction technique:

Création production

Année de création: 
1991
Date de création: 
25 Jan 1991
Nombre de représentations: 
51
Nombre de spectacteurs: 
18 000

Calendrier

Répétitions & création

Création dans une ancienne usine de matelas désaffectée - Issy-les-Moulineaux 25 Jan 1991
Création au Festival d'Automne - socle de la Grande Arche de la Défense 16 Oct 1991 - 16 Nov 1991

En tournée

Théâtre du Campagnol · Châtenay-Malabry 12 Déc 1991 - 15 Déc 1991
Lecture-spectacle par la Compagnie Suzanne M. "Les Chiens de Conserve" - Une pièce de Roland Dubillard (1986) au Théâtre du Campagnol 14 Déc 1991

Communication

Création

Festival d'Automne à Paris
Compagnie Suzanne M. Éric Vigner
Festival d'Automne à Paris
Festival d'Automne à Paris
Festival d'Automne à Paris
Festival d'Automne à Paris

En tournée

Théâtre du Campagnol

Presse

"Ils sont jeunes et ne se reconnaissent pas de maître... Ils refont du théâtre une affaire d'impatience et de perversité"
LIBERATION
"Éric Vigner possède une rare maîtrise de l'espace et de ses contraintes (..) le spectacle est d'or".
LA CROIX
"(..) un spectacle pétillant d'intelligence verte et d'inventions drôlatiques"
L'HUMANITE
"C'est le premier spectacle de la Compagnie Suzanne M.: d'entrée de jeu, Chef-d'Oeuvre. Parce que des comme ça, vifs et joyeux, tourneboulants, rapides, inattendus, remplis de musiques vulgaires et célestes; on n'en voit pas 2 par an (..) On est prié de s'y ruer!""
7 A PARIS
"La mise en scène d'Éric Vigner révèle de grandes qualités d'illusionniste et d'agitateur de l'espace. Il utilise à merveille l'énergie débordante et l'humour rentré de ses comédiens".
PASSAGES
"ÉRIC VIGNER rend à ce vaudeville métaphysique, jamais rejoué depuis sa création, en 1962, toute sa verve cocasse et désespérée."
L'EXPRESS
"Leur spectacle est drôle, vif, intelligent..."
LE MONDE
"Spectacle d'un intérêt exceptionnel..."
EUROPE
"Une belle jouissance terrienne...une "Maison d'Os" qui ne s'oublie pas"
L'EVENEMENT DU JEUDI
Presse nationale - Avant-papier
1990
Emmanuel Davidenkoff
1990
Revue spécialisée
1995
Éric Vigner
1995
Revue spécialisée
1998
Éric Vigner
1998
Revue spécialisée
Mai 1991
Jean-Pierre Han
1991-05
Presse nationale - Critique
Mai 1991
Gilles Costaz
1991-05
Presse nationale - Avant-papier
Déc 1991
1991-12
Revue spécialisée
Déc 1991
1991-12
Presse nationale - Avant-papier
Déc 1991
Christiane Duparc
1991-12
Revue spécialisée
Jan 1992
Raymonde Temkine
1992-01
Presse nationale - Critique
Jan 1992
Anne Benaksas
1992-01
Presse nationale - Avant-papier
Mar 1992
Isabelle Chouffet
1992-03
Revue spécialisée
Mai 1992
Jean-Pierre Han
1992-05
Presse nationale - Critique
15 Fév 1991
Catherine Richard
1991-02-15
Presse nationale - Annonce
16 Avr 1991
Jean-Pierre Thibaudat
1991-04-16
Presse nationale - Critique
24 Avr 1991
Didier Méreuze
1991-04-24
Presse nationale - Critique
29 Avr 1991
Jean-Pierre Léonardini
1991-04-29
Presse régionale - Critique
15 Mai 1991
E.D.
1991-05-15
Revue spécialisée
01 Juin 1991
1991-06-01
Presse nationale - Avant-papier
12 Sep 1991
Bénédicte Mathieu
1991-09-12
Presse nationale - Avant-papier
08 Oct 1991
Jean-Luc Eyguesier
1991-10-08
Presse nationale - Avant-papier
09 Oct 1991
Didier Méreuze
1991-10-09
Presse nationale - Avant-papier
10 Oct 1991
1991-10-10
Presse nationale - Avant-papier
15 Oct 1991
Dorothée Noblet
1991-10-15
Presse nationale - Critique
15 Oct 1991
Marion Thébaud
1991-10-15
Presse nationale - Annonce
15 Oct 1991
René Solis
1991-10-15
Presse nationale - Critique
17 Oct 1991
Patrick Gourvennec
1991-10-17
Presse régionale - Avant-papier
18 Oct 1991
Caroline de Camaret
1991-10-18
Presse régionale - Critique
23 Oct 1991
Emmanuel Dayde
1991-10-23
Presse nationale - Critique
25 Oct 1991
Colette Godard
1991-10-25
Presse nationale - Annonce
25 Oct 1991
1991-10-25
Presse nationale - Critique
29 Oct 1991
Jean-Luc Eyguesier
1991-10-29
Presse nationale - Critique
31 Oct 1991
Brigitte Salino
1991-10-31
Presse nationale - Critique
01 Nov 1991
Sylviane Gresh
1991-11-01
Presse nationale - Critique
07 Nov 1991
Christiane Duparc
1991-11-07
Presse nationale - Avant-papier
07 Déc 1991
Marion Thébaud
1991-12-07

Albums photos

Audio

Décor

Photos

3 photos
Compagnie Suzanne M. Éric Vigner
13 photos
Alain Fonteray

Propos

Le décor: le théâtre

ÉRIC VIGNER

Il faut imaginer un théâtre vide, désaffecté un théâtre à l'Italienne, avec ses velours, son or. Le cadre de scène ouvert sur le noir. Infini. La scène est vide. Seul, un vieil escalier très étroit qui prend sa racine au dessous et se perd dans les cintres (élément d'un...

Matière artistique

Texte

SYNOPSIS · LA MAISON D'OS

Roland Dubillard ·  Jeudi 6 mai  1962

"Il n'y a que Paris pour ces tragédies bourgeoises. Ces jours-ci est morte une semaine après son mari, Mme x. La Maison x, sans un capital bien...

Texte

LA SERVANTE: Qu'est-ce que tu veux ?
Le Valet ne répond pas.
Oh !... Quel âge tu as ? (II ne répond pas)
Mais enfin, qu'est-ce que tu as ? Qu'est-ce que tu es, ici, hein ? Qu'est-ce que t'es, dans la boîte ? Hein? Combien il te paye, le Monsieur ? T'es rien, rien!

LE VALET : Et toi ?

ROLAND...

Note d’intention & entretien

"Mon père, pourquoi m'as-tu abandonné?"

ÉRIC VIGNER · Barbès, Décembre 1990

Dubillard a écrit La maison d'Os à partir d'un fait divers tiré du Journal des Goncourt, mais surtout après la mort d'un être cher:
"Le sujet est présenté par bouts autour de...

Note d’intention & entretien

ÉRIC VIGNER a créé, avec sa compagnie Suzanne M., LA MAISON D’OS de ROLAND DUBILLARD.

"Il m'a fait connaître une des plus belles pièces carnavalesques modernes, dit François Regnault, montée par lui avec l'art si rare qui sait faire surgir toutes les inqui...

Note d’intention & entretien

Le projet de la Grande Arche de la défense

Eric Vigner · Barbès, Août 91

...La première fois, c'était en janvier puis en avril dernier. Nous avons monté La Maison d'Os de Roland...

Note d’intention & entretien

La maison de DUBILLARD

Éric Vigner · Octobre 2003

La bonne porte

"J'y suis entré par hasard dans la maison de ROLAND DUBILLARD, par la petite porte à la fin de l'adolescence et j'y suis resté. La première fois, c'était en Bretagne au Conservatoire de...

Note d’intention & entretien

"L'homme n'est rien d'autre que son corps... L'art sort du corps et non d'une tête séparée du corps... Le théâtre est un dialogue entre les corps et non entre les têtes..."
Heiner MÜller in Transatlantik, 1988.

Le Rapport du corps dans l'...

Note d’intention & entretien

Manifeste

" Mieux vaut parler comme on veut que comme il faut, ou sinon je vais me taire c'est à choisir..."
Roland Dubillard, La Maison d'os

Ce premier spectacle était "manifeste" d'une volonté artistique, esthétique et morale de faire ici...

Note d’intention & entretien

ÉRIC VIGNER

"Une bâtisse étroite sur trois étages : le lieu vertical. C’est une ancienne fabrique de matelas; une fois dans le hall du rez-de-chaussée conquis par le théâtre, on peut lire, non, déchiffrer, sur le mur écaillé, les mots de crin, plumes. La rencontre avec le lieu a été...

Note d’intention & entretien

Depuis mon premier spectacle La Maison d'Os, de Roland Dubillard, la problématique liée au lieu, à son histoire, à sa mémoire intrinsèque, à sa magie propre est au centre de mon travail.

La Maison d...

Note d’intention & entretien

Acteurs

Mai-juin 1991 · Jean-Pierre Han

Entretien avec éric Vigner

"Cela fait longtemps que je pense à la mise en scène. Au Conservatoire déjà, en 3e année, j'avais monté...

Note d’intention & entretien

"Comprendre c'est sentir , éprouver" (Jouvet)

ÉRIC VIGNER ·  Paris, Août 91

Il faut refaire du théâtre une aventure humaine vivante, "conviviale". Pour cela il faut rendre au théâtre sa spécificité originelle qui, contrairement au cinéma et à la télévision, est d'être une aventure en direct entre gens de...

Note d’intention & entretien

FANTÔME DE LA LIBERTÉ

ROLAND DUBILLARD est mort en décembre dernier . Parce que sa littérature a fondé le théâtre d’ÉRIC VIGNER et l’a toujours accompagné, de Paris à Lorient, nous avons chargé Jean-Pierre Thibaudat de s’entretenir avec lui une dernière fois. Puisé dans les...

Dramaturgie

La Maison d'Os ou "La métaphysique" à l'heure du cabaret poétique"

Bertrand Poirot-Delpech · Le Monde · 1962

Il règne en monarque sur sa maison d'Os, mais son autorité est aussi fragile et illusoire que celle de la conscience et de l...

Dramaturgie

"Car nous sommes où nous ne sommes pas" Pierre Jean Jouve.

Roland Dubillard a fait des études de philosophie. On ne manquera pas de faire le rapprochement entre ces quelques lignes de la poétique de l'espace  de...

Dramaturgie

Les personnages

Les domestiques:

Dans ce théâtre habitent les domestiques, dans cet hors champ du cadre de scène, cet ailleurs indéfini. "La vie s'y joue dans un espace vertical, de la cave au grenier " des dessous aux cintres ?
Il vont surgir du noir,exister un moment puis s'...

Document de répétitions

NOTES POUR LA MISE EN SCENE

ÉRIC VIGNER · 1990

Le parti pris de mise en scène veut aller contre un imaginaire poétique qui vient immédiatement à l'esprit quand on parle du théâtre de l'absurde. Pour cela, je crois qu'il faut tout d'abord s'attacher à mettre en scène la fable dont Roland...

Document de répétitions

LES PERSONNAGES

Les domestiques :

Dans ce théâtre habitent les domestiques, dans cet hors champ du cadre de scène, cet ailleurs indéfini. "La vie s'y joue dans un espace vertical, de la cave au grenier " des dessous aux cintres?

Il vont surgir du noir,exister un moment puis s'évanouir de nouveau....