LA BÊTE DANS LA JUNGLE

Création
Théâtre
LA BÊTE DANS LA JUNGLE
James · Lord · Duras · Vigner

Présentation

"La vie est un spectacle où rien n'est que les signes qui le manifestent ."
HENRY JAMES

"Écrire ce n'est pas raconter des histoires. C'est le contraire de raconter des histoires. C'est le tout à la fois. C'est raconter une histoire et l'absence de cette histoire. C'est raconter une histoire qui en passe par son absence."
MARGUERITE DURAS, LA VIE MATÉRIELLE

"Derrière une image, une autre image, on passe à travers pour en trouver une autre encore et une autre, jusqu'à ce que finalement on se débarrasse des images, jusqu'à ce que finalement on accepte d'être là, simplement - dans un espace blanc - débarrassé des apparences."
ÉRIC VIGNER

En 1903, HENRY JAMES revisite le mythe grec de Narcisse et Echo et donne naissance à une nouvelle qu'il intitule THE BEAST IN THE JUNGLE. Tout comme le personnage de la mythologie, John Marcher est fasciné par sa propre image et observe scrupuleusement sa vie, alors que May Bartham, transie d'amour comme Echo, est transformée en pierre par l'indifférence de l'être aimé. Au début des années soixante, JAMES LORD adapte cette nouvelle au théâtre en respectant dans ses grandes lignes la structure narrative et les thèmes abordés. Il y ajoute toutefois un nouvel élément afin de renforcer l'idée de la vision narcissique. En affichant un portrait d'un illustre marquis anglais dans la salle où les deux protagonistes se rencontrent, Lord accentue l'effet du miroir dans lequel se contemple John. Ce dernier s'identifie parfaitement au quatrième marquis de Weatherend et rêve de se forger un destin de même envergure. Le tableau ajoute également une nouvelle dimension à l'oeuvre de HENRY JAMES : elle lui donne une expression picturale. MARGUERITE DURAS signe la traduction française de la pièce. Bien qu'elle travaille de concert avec Lord, elle revendique une liberté complète: "Une langue n'est jamais juxtaposable à une autre langue, je ne crois pas: on ne peut pas juxtaposer les angles des mots, leur longueur, etc., et leur sens. Tout le monde sait bien que la traduction n'est pas dans l'exactitude littérale d'un texte, mais peut-être faudrait-il aller plus loin et dire qu'elle est davantage une approche d'ordre musical, rigoureuse, personnelle et même, s'il le faut, aberrante."
AMÉLIE DUMOULIN

Extrait du parcours

"Écrire ce n'est pas raconter des histoires.
C'est le contraire de raconter des histoires.
C'est le tout à la fois.
C'est raconter une histoire et l'absence de cette histoire.
C'est raconter une histoire qui en passe par son absence
."
M.D. 

En 2001, VIGNER commence un diptyque sur l’œuvre de MARGUERITE DURAS.

Le 17 octobre 2001, il crée LA BÊTE DANS LA JUNGLE. Cette adaptation par Marguerite Duras de la pièce de James Lord d’après la nouvelle de Henry James, lui donne l’occasion d’établir un véritable atelier de création sur neuf mois à Lorient, pour aboutir à l’une des formes théâtrales les plus avancées de sa recherche. Pour la scénographie, il a été inspiré par trois auteurs : James, Lord et Duras, par deux genres littéraires - une nouvelle et une pièce de théâtre - par deux langues - l’Anglais et le Français - un empilement formidable, le résultat d’un travail de plusieurs intervenants. Les signatures sont fortes.

JAMES LORD est considéré comme l’un des chroniqueurs d’art moderne les plus perspicaces. Il s’est fait connaître avec la publication de sa monumentale biographie d’Alberto Giacometti suivie de celles de Bacon, Picasso et Dora Maar... Giacometti avait fait son portrait. LA BÊTE DANS LA JUNGLE reste son unique proposition de théâtre. Tout en respectant la structure de la nouvelle de Henry James, il introduit dans sa version théâtrale une dimension picturale, le portrait du Quatrième Marquis par Van Dyck. Dans les années 60, il collabore avec Marguerite Duras pour une adaptation française qui reste inaboutie. Duras reprend la pièce vingt ans plus tard. Elle développe une construction en six “tableaux" avec un prologue et un épilogue. Elle accentue les notions de temps, de mémoire, de secret. Vigner propose à son tour une plongée dans son musée imaginaire, qui trouve ses racines dans le Quattrocento - l’invention de la perspective - jusqu’à l’art moderne et contemporain.

"Ce n'est pas ce qui est représenté qui compte. Le sujet de la peinture, c'est la peinture elle-même. Le sujet du théâtre, c'est le théâtre lui-même, ses excès, ses effets, son imaginaire."
ÉRIC VIGNER

Tout au long du spectacle, le spectateur voyage dans une histoire, dans plusieurs histoires, dans l’histoire de la peinture aussi. ÉRIC VIGNER essaye d’ouvrir toutes les interprétations possibles, entre réalité et illusion, sans jamais donner de réponse. Il invite les spectateurs à traverser ces images, ces espaces, à les dépasser, les transgresser, à faire son propre chemin, afin de trouver sa propre histoire, sa propre intimité.

VIGNER invente un procédé scénographique fait d’images en mouvement et d’un jeu sur la profondeur de champ. Un paysage de FRAGONARD, figurant sur un rideau de bambou, voile le plateau. L’espace s’enrichit d’une galerie de portraits de VAN DYCK, de couleurs et d’images, jusqu’à ce que ces images s’effacent, se déconstruisent. La scénographie propose au public une aventure oculaire. Une confrontation visuelle sur le déplacement de l'image, le "piège" de la perspective.

Pour LA BÊTE DANS LA JUNGLE, il choisit deux acteurs qui ont déjà partagé deux de ses aventures, susceptibles de former un couple comme il existe des couples mythiques au cinéma ou des duos dans la musique : JEAN-DAMIEN BARBIN (RHINOCÉROS) et JUTTA JOHANNA WEISS (MARION DE LORME, RHINOCÉROS). Dans cette pièce, ils deviennent John et Catherine, comme un homme et une femme. Catherine et John pourraient tout aussi bien être des personnages de roman du XIXe siècle, d’opéra, d’histoires ou de légendes comme Alice aux pays des Merveilles, de vieilles stars du Music Hall ou simplement un couple d’aujourd’hui.

"Derrière une image, une autre image, on passe à travers pour en trouver une autre encore et une autre, jusqu’à ce que finalement on se débarrasse des images, jusqu’à ce que finalement on accepte d’être là, simplement - dans un espace blanc - débarrassé des apparences."
ÉV

"Nous sommes en larmes. Car nous aussi, nous avons compris quelque chose. "Quoi ? On le sait mal”. Des "traces”, des "riens”, des "sentiments très fugitifs”. Une absence d’histoire, le souvenir d’un carré blanc, un exploit de funambule. ÉRIC VIGNER greffe, grâce à ses deux comédiens et à une scénographie lyrique - tendue comme la corde d’une lyre - un supplément de réalité. Un pur don." 
SOPHIE KHAN, Cassandre, mars-avril 2002

"- Certains spectacles laissent des traces indélébiles, des marques, des images, qui remontent à la surface lors de certains événements de la vie. C’est la rémanence, le patrimoine qu’on oublie jamais. - Je crois que les acteurs ont interprété (sinon le plus beau) le plus fort, nécessaire spectacle de ces derniers temps – hors des saisons qui définissent l’histoire, ça saigne au-delà du rythme obligé des chroniques." 
CHRISTOPHE DESHOULIÈRES

LA BÊTE DANS LA JUNGLE est présentée durant un mois à Lorient et voyage en France et à l’étranger, notamment à L’Espace Go à Montréal (2002) et au Kennedy Center, Eisenhower Theater  à Washington (2004).

 

© Photographies : Alain Fonteray
Textes assemblés par Jutta Johanna Weiss
© CDDB-Théâtre de Lorient

Générique & production

Œuvre originale

Titre de l'œuvre originale: 
The Beast In the Jungle
Auteur de l'œuvre originale: 
Langue de l'œuvre originale : 
Anglais
Genre de l'œuvre originale: 
Année de dépôt légal ou de création originale: 
1903
Adaptation de l'œuvre originale: 
,
Éditeur: 

Henry James est un écrivain américain, naturalisé britannique à la toute fin de sa vie. Il est né à New York le 15 avril 1843 et mort à Chelsea le 28 février 1916 (à 72 ans).
James Lord, critique d'art et mémorialiste américain, est également portraitiste et ami intime des artistes PICASSO et GIACOMETTI. Il est né en 1922 à Englewood (New Jersey) et mort à l'âge de 86 ans en 2009 à Paris.
MARGUERITE DURAS est une écrivaine, dramaturge, scénariste et réalisatrice française, née le 4 avril 1914 à Gia Dinh (autre nom de Saïgon), alors en Indochine française, morte le 3 mars 1996 à Paris.
Adaptation française de MARGUERITE DURAS en 6 tableaux d'après la pièce de JAMES LORD et la nouvelle de HENRY JAMES.

Générique

Langue du spectacle: 
Français
Nombre d'interprètes: 
2
Mise en scène & décor: 
Costumes: 
Lumière: 
Maquillage & coiffure: 
Assistant(e) à la mise en scène: 
Reportage photographique: 
Dramaturgie: 
sur-titrage en anglais:

Création production

Calendrier

Répétitions & création

Répétitions au CDDB - Théâtre de Lorient 01 Aoû 2001 - 16 Oct 2001
Création au CDDB - Théâtre de Lorient 17 Oct 2001 - 17 Nov 2001

En tournée

Espace Go - Montréal 25 Sep 2002 - 28 Sep 2002
La Comédie de Clermont-Ferrand 09 Oct 2002 - 11 Oct 2002
Le Quartz, Scène nationale de Brest 17 Oct 2002 - 18 Oct 2002
Théâtre d'Angoulême 14 Nov 2002 - 15 Nov 2002
La Rose des Vents - Villeneuve d'Ascq 20 Nov 2002 - 21 Nov 2002
Créteil - Maison des Arts 21 Mai 2003 - 24 Mai 2003
Festival of France · Eisenhower Theater · Kennedy Center · Washington 12 Fév 2004 - 14 Fév 2004

Communication

CDDB - Théâtre de Lorient

M/M (Paris) · CDDB-Théâtre de Lorient
M/M (Paris) · CDDB-Théâtre de Lorient
CDDB-Théâtre de Lorient
M/M (Paris) · CDDB-Théâtre de Lorient
CDDB-Théâtre de Lorient
CDDB-Théâtre de Lorient
CDDB-Théâtre de Lorient

En tournée

Maison des Arts et de la Culture · Créteil
Espace Go - Montréal
La Comédie de Clermont-Ferrand
Le Quartz Scène nationale de Brest
La Rose des Vents · Scène nationale · Villeneuve d'Ascq
Théâtre d'Angoulême

Presse

"Nous sommes en larmes. Entre romantisme et minimalisme. Un pur don."
Cassandre
"Une fresque déroutante et envoûtante."
Têtu
"Rarement l'humanité n'aura été auscultée d'aussi près. Bouleversant."
Cityvox
"« La bête » est allée chercher au fond des ses admirateurs la dimension de l’émotion qui déferle sans laisser sa chance à la pudeur. Éric Vigner a donné naissance à une comète."
Le Télégramme · Le Goff
"Un spectacle d’une beauté énigmatique, à l’image des secrets qui sont tapis en chacun de nous."
La Presse Montréal
"Alors qu’il fait entrer en triomphe Marguerite Duras à la Comédie-Française, Éric Vigner tourne La Bête dans la Jungle dans une adaptation de Marguerite Duras. Un maillon important dans le processus de création d’Éric Vigner, quasi indispensable à voir."
Théâtres
"Expansion of the Narcissus and Echo myth, wonderfully strange, deeply atmospheric La Bête dans la Jungle. Vigner has a lot of visual tricks up his sleeve."
The Washington Post
Revue spécialisée
Jacques Nerson
Revue spécialisée - Commentaire & étude
2002
Sabine Quiriconi
2002
Presse régionale - Avant-papier
Mar 2001
2001-03
Presse nationale - Critique
Juin 2001
2001-06
Propos - Revue spécialisée
Déc 2001
Jean Chollet
2001-12
Propos - Revue spécialisée
Déc 2001
2001-12
Propos - Revue spécialisée
Déc 2001
Jean Chollet
2001-12
Revue spécialisée - Commentaire & étude
Jan 2002
Christophe Deshoulières
2002-01
Revue spécialisée - Commentaire & étude
Mar 2002
Sophie Khan
2002-03
Presse régionale - Critique
Sep 2002
2002-09
Presse internationale - Avant-papier
Sep 2002
Amélie Giguère
Ici
2002-09
Presse nationale - Critique
Oct 2002
2002-10
Revue spécialisée
Oct 2002
2002-10
Presse nationale - Critique
Mai 2003
2003-05
Web - Critiques
Juin 2003
2003-06
Presse régionale - Critique
Sep 2004
Agnès Santi
2004-09
Presse régionale - Avant-papier
31 Aoû 2001
2001-08-31
Presse régionale - Avant-papier
10 Oct 2001
Olivier Scaglia
2001-10-10
Presse nationale - Avant-papier
16 Oct 2001
Armelle Héliot
2001-10-16
Presse régionale - Avant-papier
16 Oct 2001
2001-10-16
Presse régionale - Avant-papier
17 Oct 2001
2001-10-17
Presse régionale - Avant-papier
18 Oct 2001
Olivier Scaglia
2001-10-18
Presse régionale - Critique
19 Oct 2001
Olivier Scaglia
2001-10-19
Presse régionale - Critique
19 Oct 2001
2001-10-19
Presse régionale - Avant-papier
21 Oct 2001
2001-10-21
Presse régionale - Avant-papier
02 Nov 2001
2001-11-02
Presse régionale - Avant-papier
07 Nov 2001
2001-11-07
Presse régionale - Éducation artistique & culturelle
12 Nov 2001
2001-11-12
Presse régionale - Avant-papier
17 Nov 2001
2001-11-17
Presse régionale - Critique
21 Nov 2001
Jean-Louis Le Goff
2001-11-21
Presse régionale - Critique
07 Déc 2001
Christophe Deshoulières
2001-12-07
Presse régionale - Éducation artistique & culturelle
20 Mai 2002
2002-05-20
Web - Critiques
11 Sep 2002
Emmanuelle Hebert
2002-09-11
Presse internationale - Avant-papier
21 Sep 2002
Michel Bélair
2002-09-21
Web - Critiques
23 Sep 2002
2002-09-23
Presse internationale - Avant-papier
24 Sep 2002
Anne-Marie Cloutier
2002-09-24
Presse internationale - Critique - Texte
26 Sep 2002
Maxime Jacobs
2002-09-26
Presse internationale - Critique
26 Sep 2002
Hervé Guay
2002-09-26
Web - Critiques
26 Sep 2002
Véronique Bouvier
2002-09-26
Propos - Presse internationale - Critique
27 Sep 2002
Eve Dumas
2002-09-27
Presse nationale - Annonce
09 Oct 2002
2002-10-09
Presse régionale - Critique
10 Oct 2002
R.D.
2002-10-10
Presse régionale - Avant-papier
15 Oct 2002
2002-10-15
Presse régionale - Avant-papier
15 Oct 2002
Guy Pellen
2002-10-15
Presse régionale - Avant-papier
16 Oct 2002
Pierre-Yves Collinet
2002-10-16
Presse régionale - Critique
20 Oct 2002
2002-10-20
Presse régionale - Critique
14 Nov 2002
2002-11-14
Presse régionale - Critique
14 Nov 2002
2002-11-14
Presse régionale - Avant-papier
18 Mar 2003
V. Braud
2003-03-18
Presse régionale - Avant-papier
14 Mai 2003
S.M.
2003-05-14
Revue spécialisée
01 Juil 2003
E.P.
2003-07-01
Presse internationale - Critique
14 Fév 2004
Nelson Pressley
2004-02-14

Albums photos

Videos

Audio

Décor

Photos

35 photos
Jutta Johanna Weiss

Propos

La Presse · Montréal

27 septembre 2002 · ève Dumas

Beauté sauvage

ll est question de temps, de mémoire et de secret dans La Bête dans la Jungle, pièce de James Lord...

Actualité de la scénographie 

Décembre 2001

La bête dans la jungle

Ce bref roman de Henry James (1896) révèle de belle manière l'un des aspects marquant d'une oeuvre littéraire parmi les plus...

Matière artistique

41 photos · Paul Quenson
11 photos · Bruno Graziani
24 photos · Bibliothèque de Vienne
30 photos
Texte

L'Express d'Outremont

26 septembre 2002 · Maxime Jacobs

LA BÊTE DANS LA JUNGLE, UNE PIÈCE AU PARCOURS REMARQUABLE

Produite par le Centre dramatique de Bretagne-Théâtre de Lorient et présentée au Théâtre Espace GO jusqu'au 28...

Texte

Dans cette version, LA BÊTE DANS LA JUNGLE que met aujourd'hui en scène ÉRIC Vigner, James Lord et Marguerite Duras ont agi comme un filtre sur la nouvelle de Henry James : écrire sur le souvenir, conserver son essence avec l'apport d...

Note d’intention & entretien
Note d’intention & entretien

ENTRETIEN AVEC BÉNÉDICTE VIGNER, DIRECTRICE ARTISTIQUE DU CDDB ET JUTTA JOHANNA WEISS, COMÉDIENNE

Stéphane Pilon

MOUVEMENT PERPÉTUEL...

Vivifiées par les courants maritimes et les bourrasques d'air salin qui déferlent sur la petite communauté portuaire...

Note d’intention & entretien
Dramaturgie

La Vénus à la fourrure

SACHER-MASOCH Léopold (von).

1870 PRESSES POCKET 1985. pp. 133-134.

"- Parfait, parlons du tableau.

- Je pense à la déesse de l'amour, descendue de l'Olympe visiter un mortel. Elle a froid, dans notre monde d'aujourd'hui ; aussi bien, elle essaie de se réchauffer. Elle...

Dramaturgie

LE POROS

DETIENNE Marcel. VERNANT Jean-Pierre, Les Ruses de l'intelligence, Flammarion. 1989.
pp. 151- 152 et p.211. Cité par TERRAMORS I Bernard.
In Henry James ou le sens des profondeurs, op.cite p. 150.

"Le poros, c'est le trajet, le passage...

Dramaturgie

La Vie matérielle

DURAS Marguerite

P.O.L. 1987. pp. 30-32

"Quand on écrit il y a comme un instinct qui joue. L'écrit est déjà là dans la nuit. Écrire serait à l'extérieur de soi dans une confusion des temps : entre...

Dramaturgie

JAMES Henry

Mémoires d’un jeune garçon · 1913.

Rivages poche/bibliothèque étrangère. 1990. pp. 274-275.

"La Galerie d'Apollon devint pendant des...

Dramaturgie

LE PORTRAIT / LA PEINTURE

Dans l'adaptation de James Lord et de Marguerite Duras un lien important apparaît avec celui de la peinture.
Accompagné de Catherine, John visite dans les grandes salles du château de Weatherend les tableaux de famille, peints par un des plus...

Dramaturgie

Le Secret · Bernard Terramorsi

in Henry James ou le sens des profondeurs

"Il n'est de secret qui ne soit, à l'origine, partagé [...] avec un tiers complice. [...] Lorsque le secret devient trop lourd à porter, il suffirait d'accepter l'...

Dramaturgie

Thème du miroir et du double

Tableau V:

Catherine : Je n'ai rien à dire de ce genre, John, je n'ai pas à juger de cette chose, il ne s'agit que de ma croyance.

John : Pour moi, vous avez toujours eu raison Catherine. Vous m'abandonnez.

Tableau VI

John : Votre voix Catherine est celle de la loi. Si J...

Dramaturgie

L'adaptation

MARGUERITE DURAS

In LE MONDE EXTÉRIEUR, (outside II), Marguerite Duras . Textes réunis par Christine Blot-Labarrère, P.O.L, 1993.

C'est James...

Dramaturgie

MARGUERITE DURAS

DICTIONNAIRE ENCYCLOPÉDIQUE DU THÉÂTRE, Michel Corvin, Larousse-Bordas, 1995.

Romancière, dramaturge et cinéaste française.

Est né en 1914 en Indochine où elle passe son enfance. Venue en France à 18 ans, elle y étudie le droit puis se consacre à l'...

Dramaturgie

L'écriture chez DURAS

LA VIE MATÉRIELLE de Marguerite Duras, P.O.L, 1987.

"Le Bloc noir. Quant on écrit, il y a comme un instinct qui joue. L'écrit est déjà là dans la nuit. Écrire serait à l'extérieur de soi dans une confusion des temps : entre écrire et...

Dramaturgie

LA VIE MATÉRIELLE

MARGUERITE DURAS · POL · 1987

Le théâtre

Je vais faire du théâtre cet hiver et je l'espère sortir de chez moi, faire du théâtre lu, pas joué. Le jeu enlève au texte, il ne lui apporte rien, c'est le contraire, il enlève de la présence au texte, de la profondeur, des muscles, du sang. Aujourd’hui je pense...

Document de répétitions

Lorient, mercredi 1- août 2001

Dans la cour du théâtre, les filles de Madame Bing achèvent la confection d'un grand rideau de bambous. Le chaume est découpé en perles de 2,5 cm ou 5 cm. Certains morceaux sont teints à l'encre de Chine. Ils sèchent au soleil. Un tamis a...

Document de répétitions

Lorient, jeudi 2- août 2001

ÉRIC m'explique qu'il veut travailler sur le statut de l'image, et dans le même temps, sur le narratif Il associe systématiquement les deux questionnements : pourquoi refuser l'histoire, pourquoi refuser l'image ? Il n'emploie pas le mot "représentation".

Il insiste sur les...

Document de répétitions

Lorient, vendredi 3- août 2001

La répétition s'arrête très tôt.

Notes et gros plan sur quelques parties du corps :

1. Pied 

"Le pied gauche était posé en avant, et le droit, qui se disposait à le suivre, ne touchait le sol que de la pointe de ses orteils,...

Document de répétitions

Lorient, Sam 4 - dim 5 août 2001

La scénographie a été inspirée par trois auteurs : James, Lord et Duras, deux genres littéraires - une nouvelle, une pièce de théâtre -, deux langues - l'anglais et le français - et trois...

Document de répétitions

Lorient, mardi 31 août 2001

Éric : ... pièce très construite : six tableaux, un prologue, un épilogue.

Jean-Damien : Les chapitres de la nouvelle ?

Éric : Non.

Jean-Damien : Adaptation anglaise de quelle année ?

Éric : De Lord. 1960....

Document de répétitions

Lorient, lundi 6- août 2001

On attend le début de la répétition. Le rideau de bambous est fermé. Les acteurs sont assis sur le podium de bois qui va, en avant scène, de cour à jardin. Silence.

Comment ça commence ? Comment ça pourrait commencer ?

On écoute les essais de lecture enregistrés par Jutta...

Document de répétitions

Lorient, mardi 7- août 2001

Répétition du tableau I

Comment ça commence ? Où sont-ils au début ? À qui s'adressent-ils ? Quand s'adressent-ils aux spectateurs ? "Ouvrent-ils" l'adresse ? Le tableau est-il un référent visible, désigné d'un geste, apporté devant le public ? Comment éviter la conversation ?...

Document de répétitions

Lorient, mercredi 8- août 2001

Les acteurs risquent leurs figures. Les figures hésitent. Les acteurs suspendent les figures puis les détruisent. Les corps montrent qu'ils agissent quand les bouches se taisent. Le premier tableau prend forme et bouge.

Ce qui apparaît, pendant cette répétition austère et...

Document de répétitions

Lorient, jeudi 9- août 2001

Un nouveau tableau est arrivé : il représente ROBERT RICH, deuxième comte de Warwick (vers 1634, 208 x 128)

"Vous habitez ici ?"

La séance commence par un long retour sur ce point, pivot de la première scène, selon Éric. Quelque chose ne s'entend plus. Il insiste sur l'...

Document de répétitions

Lorient, vendredi 10- août 2001

Éric parle beaucoup, toujours, au début des séances.

"Une vie c'est beaucoup même pour CROMWELL".

Il y a ces mots, ces images qui reviennent par vague à l'intérieur du texte (Cromwell, le déjeuner) et dont le...

Document de répétitions

Lorient, Lundi 13- août 2001

Jean-Damien affirme qu'il lui est difficile de mémoriser le texte.

XAVIER JACQUOT vient d'arriver. Il assiste à la répétition.

Premières tentatives autour du tableau II :

Comment passer le rideau de bambous, entrer dans la cage ? Qui parle, à qui, de quel côté...

Document de répétitions

Lorient, Mardi 14- août 2001

Essais, déception, on n'entend rien.

Qu'est-ce que cela veut dire, "ne pas entendre le texte" ? La formule est couramment employée par les metteurs en scène. On pourrait croire qu'elle porte sur la hauteur de voix, l'articulation des acteurs. Il n'en est rien. On pourrait penser...

Document de répétitions

Eric parle. Pour séduire, pour dérouter, pour provoquer, pour conjurer les superstitions, prendre sur lui, assumer ses responsabilités («C'est moi qui... j'ai eu tort de vous dire que... j'aurais dû... je pense maintenant que...»). Il parle pour occuper le temps, rassurer, se rassure! Travailler «quand même», les jours où les acteurs sont...

Document de répétitions

Lorient, Mercredi 15- août 2001

Texte en main, ils reprennent le travail à la table : mouvement des phrases, ambiguïtés, jeux de mots, homophonies signifiantes, constructions abyssales, rythmes_ ce qui dépasse le sens constitue un nouveau départ pour les acteurs et les engage à...

Document de répétitions

Lorient, Jeudi 16- août 2001

Éric écrit sur son manuscrit, avant la répétition : "La jouissance sèche de se souvenir, peu importe de quoi on se souvient".

Depuis quelques jours, des "temps" plus ou moins longs espacent systématiquement les répliques. Les acteurs semblent avoir opté pour la lenteur. Ces temps...

Document de répétitions

Lorient, Vendredi 17- août 2001

On redit tout le mal qu'on pense du tableau III. Finalement, Éric a décidé qu'il valait mieux que John Marcher et Catherine Bertram passe le rideau du II au III sans que le public les voit. Pour la première fois, texte en main, les acteurs travaillent de l'autre côté du rideau de...

Document de répétitions

Lorient, LUNDI 20- août 2001

Ils sont trois. Reste à en convaincre Bruno.

- les désignations ambigües d'un même personnage à l'intérieur d'une phrase.
- la chronologie de la conception du spectacle.
- la multiplicité des actions possibles et des images.
- les problèmes que...

Document de répétitions

Lorient, Mardi 21- août 2001

On revient au travail à la table. Jean-Damien se tient le plus souvent assis au premier rang, dans la salle. Il est silencieux. Éric et You sont assis sur le podium, à jardin. Elle regarde droit devant elle. Elle dessine les mouvements du texte avec la main droite.

...

Document de répétitions

Lorient, Mercredi 22- août 2001

Deux mains dessinent un murmure sourd, impossible à saisir par les oreilles, même en tendant le cou. Ces mains sculptent l'espace. Si je reconstitue un angle d'elles jusqu'à leurs épaules, si je complète l'image à partir de leurs mouvements, je me dis que quelqu'un - un homme - est...

Document de répétitions

Lorient, Mardi 28- août 2001

Jutta est assise à deux mètres d'Éric, sur le podium en bois, elle côté jardin, lui à cour. Jean-Damien est assis au milieu de la première rangée de sièges. Je ne vois que son dos.

Éric relit l'épilogue à haute voix, ce qu'il fait volontiers depuis deux jours, dès qu'il croise l'...

Costumes

Lorient, Jeudi 23- août 2001

À Hânsel,
À Gretel,

On fabrique avec des bouts de ficelle, des fausses fourrures, des laines coloriées, du papier crépon, du coton, des coussins et des plumes. On découpe des figurines dans de vieux torchons de cuisine qui s'effilochent. On récupère dans les salles des...

Commentaire & étude
Commentaire & étude

VARIATIONS SUR UN THÈME

Amélie Dumoulin

"La vie est un spectacle où rien n’est que les signes qui le manifestent." HENRY JAMES

En 1903, HENRY JAMES revisite le mythe grec de Narcisse et Echo et donne naissance à une nouvelle qu'il intitule...

Commentaire & étude
Commentaire & étude

Cassandre : le théâtre en courants

SOPHIE KHAN · Mars-avril 2002

Something white

Il y a un siècle, à peine : en 1903, l'Allemand JENSEN et l'Anglais JAMES envoient - sans se concerter - leurs personnages romanesques à Pompéi, à la chasse aux fantômes. GRADIVA et THE BEAST IN THE JUNGLE explorent deux...

Commentaire & étude

Cassandre 

Janvier 2002 · Christophe Deshoulières

Les repères culturels sont brouillés? On ne sait plus quoi dire et même comment le dire? Tant mieux: malgré l'aigreur des profs livrés au désordre social et à l'aphasie théorique, le théâtre en profite pour vivre...

Commentaire & étude

Trois écritures, six tableaux, un prologue et un épilogue

L'histoire

C'est la première fois que John Marcher vient à Weatherend. Il y rencontre Catherine Bertram. L e temps les av ait séparés m ais aujourd'hui tout les rapproche : le souvenir d'un voyage en Italie, une ancienne confidence, l'esprit des lieux...