PLUIE D’ÉTÉ À HIROSHIMA

Création
Théâtre
PLUIE D’ÉTÉ À HIROSHIMA
Duras · Vigner

Présentation

10 ANS · BÉNÉDICTE VIGNER, Lorient, le 4 juillet 2005

J'ai 17 ans quand je lis LES PETITS CHEVAUX DE TARQUINIA, je découvre le Campari et MARGUERITE DURAS pour toujours. Je saoule probablement la terre entière avec cette passion que j'ai pour elle, ses histoires, ses noms, ses silences et ses cris, ses fleuves et ses villes jusqu'à ce que 10 ans plus tard, mon frère, ÉRIC VIGNER, porte avec le cœur l'admirable partition de LA PLUIE D'ÉTÉ au théâtre. À Paris, un soir de printemps et au hasard d'un Campari, je la rencontre définitivement. 

Elle vient voir LA PLUIE D'ÉTÉ, une fois, deux fois, trois fois... et pour avoir aimé le spectacle elle offre en cadeau à Éric, HIROSHIMA MON AMOUR. Au printemps, nous sommes en 1994, nous poursuivons la tournée de LA PLUIE D'ÉTÉ en Russie qui nous amène à Nijni-Novgorod. C'est le premier spectacle étranger à y être présenté depuis trois quarts de siècle. En 1868 naît à Nijni-Novgorod un petit garçon du nom d'Alexis Pechkov. Orphelin de bonne heure, il doit quitter l'école dès l'âge de 8 ans pour travailler. Plus tard, il devient écrivain et choisit comme pseudonyme GORKI qui veut dire Amer, en hommage à sa jeunesse. À sa mort, en 1936, la ville est rebaptisée Gorki. La ville devient un haut lieu de l'industrie militaire soviétique, tout ce temps, elle est interdite aux étrangers, on y teste dans les profondeurs de la Volga des sous-marins nucléaires, on y surveille étroitement ANDREÏ SAKHAROV, physicien soviétique de grande renommée, auteur de travaux importants sur la fusion nucléaire et grand défenseur de la démocratie et des droits de l'homme. Et puis SAKHAROV s'éteint, l'union soviétique aussi, la ville retrouve son nom d'origine Nijni-Novgorod (nouvelle ville) et s'ouvre au monde. Nous sommes en 1990. MARGUERITE DURAS écrit LA PLUIE D'ÉTÉ. On joue donc DURAS au Théâtre Gorki et l'histoire de ce garçon, Ernesto qui ne veut plus aller à l'école parce qu'à l'école on lui apprend des choses qu'il ne sait pas et le Ministère de la Culture nous appelle pour nous proposer la direction du Théâtre de Lorient.

Marguerite écrit: "L'Inde, chacun la reconstruit. J'ai pris des mots, Chandernagor, Mandalay, pour leur musique", "Les noms des villes, des fleuves, des États, des mers de l'Inde ont, avant tout, ici, un sens musical". Tous les noms géographiques, exotiques par nature et musicaux sont appelés à constituer une carte du monde imaginaire. Alors à l'appel de l'Orient, nous répondons oui. Nous quittons la Russie en plein dégel, sur la Volga pétrifiée par 120 jours de gel, la séparation des glaces et des eaux charrie des centaines de cadavres de troncs d'arbres. Le fleuve se réveille sauvagement et nous partons pour la ville nommée Lorient. "Et voici que j'arrive aux domaines, aux vastes palais de la mémoire". Devant nous se dresse la plus grande base de sous-marins du mur de l'Atlantique. Alors, voilà. L'endroit était déjà là. La mesure des lieux contient l'histoire d'un premier amour pour un soldat allemand tué le jour de la libération, le thème éternel de l'amour entre ennemis, la destruction de la ville dans HIROSHIMA MON AMOUR et l'Orient dans sa mémoire originelle. Le lieu s'impose comme lieu possible de représentation. C'était il y a 10 ans. Pendant ces 10 ans, le théâtre a vu naître et a accompagné de nombreux artistes, sur l'emplacement d'une bombe, on a construit un autre et grand théâtre et pendant ces 10 ans le temps a fait son œuvre, il aura fallu ce temps-là sans doute pour effacer les images d'ALAIN RESNAIS et s'éloigner de la voix d'EMMANUELLE RIVA, pour revenir au texte et à MARGUERITE DURAS, 10 ans aussi, après sa mort.

De LA PLUIE D'ÉTÉ, où il est question d'un enfant, né à Vitry, d'une mère russe et d'un père italien, qui accède à la connaissance sans jamais être allé à l'école, qui connaît l'amour qu'il porte à sa sœur Jeanne, une incendiaire, qui sait que « le monde est loupé, que ce sera pour le prochain coup, pour celui-ci disons que c'était pas la peine", qui sait qu'un jour, il va partir. Il part."Au dire de certaines gens, Ernesto ne serait pas mort. Il serait devenu un jeune et brillant professeur de mathématiques et puis un savant. Il aurait d'abord été nommé en Amérique et puis ensuite un peu partout dans le monde, au hasard de l'implantation des grandes centrales scientifiques de la terre". Ernesto... "Little Boy" ? 

À HIROSHIMA MON AMOUR où il est question d'une courte aventure entre un homme et une femme, Elle et Lui, qui n'ont pas de noms, autres que ceux des villes par lesquelles ils se nomment parce qu'ils portent en eux l'empreinte ineffaçable des lieux où s'est enfermée leur souffrance. Il est question d'amour, chaque fois, de la nécessité de la mémoire et de l'horreur de l'oubli, du regard... "L'oubli commencera par tes yeux". 
Elle : Je t'oublierai... Je t'oublie déjà ! Regarde, comme je t'oublie !... Regarde-moi !... 

À Hiroshima, le 6 Août 1945, dans le parc Asano. Les orbites vides, les yeux fondus se répandent en eau sur les joues des soldats japonais qui, surpris par la fulgurance de la lumière, ont contemplé les 6000° des 1000 soleils s'élevant sur l'empire du soleil levant. "Tu n'as rien vu à Hiroshima. Rien." "J'ai tout vu. Tout."

Extrait du parcours

"Le texte c’est la maison, si vous voulez. La maison, c’est le livre, c’est l’écrit. C’est pas à pas, dans la maison, que je fais ma mise en scène." [1]

En 1993, MARGUERITE DURAS vient voir LA PLUIE D’ÉTÉ, son livre porté pour la première fois à la scène par ÉRIC VIGNER. Pour avoir aimé le spectacle, elle lui offre le scénario de HIROSHIMA MON AMOUR.

En 1996 disparaissait Marguerite Duras, et depuis ÉRIC VIGNER n’a cessé de travailler autour de son œuvre (lecture de HIROSHIMA MON AMOUR avec ValÉrie DrÉville, LA DOULEUR avec Anne Brochet et BÉnÉdicte Vigner, LA BÊTE DANS LA JUNGLE avec JEAN-DAMIEN BARBIN et JUTTA JOHANNA WEISS, SAVANNAH BAY pour l’entrée au répertoire de la Comédie-Française, avec CATHERINE HIEGEL et CATHERINE SAMIE). En 2006, pour célébrer les dix années passées à la direction du CDDB - Théâtre de Lorient, il revient au cadeau que lui avait fait Duras : le scénario de HIROSHIMA MON AMOUR. Il relie le scénario au texte fondateur de ses débuts, LA PLUIE D’ÉTÉ, ainsi naît : PLUIE D’ÉTÉ À HIROSHIMA pour le 60e Festival d’Avignon avec HÉLÈNE BABU, BÉNÉDICTE CERUTTI, THIERRY GODARD, NICOLAS MARCHAND, MARIE-ÉLÉONORE POURTOIS, THOMAS SCIMECA, ATSURO WATABE et JUTTA JOHANNA WEISS.

LES CARMES POUR MARGUERITE

C’est en 1967 que le cloître, qui jouxte l’église des Carmes (XIVe siècle), fut investi par le Festival d’Avignon. Il a toujours été utilisé dans un dispositif frontal. L’aménagement réalisé en 2006 constitue donc une première. Lors des repérages des éventuels lieux de représentation, VIGNER est sensibilisé par l’espace architectural du Cloître, son ouverture sur la méditation, "son aspiration vers le ciel". Sa définition du projet scénographique passe par "l’utilisation du lieu et de l’architecture pour ce qu’ils génèrent en plaçant les spectateurs non pas devant une écriture mais à l’intérieur d’elle".

Avec PLUIE D’ÉTÉ À HIROSHIMA, Vigner invite à un voyage dans l’œuvre de Marguerite Duras à travers deux opus qui comptent parmi les plus belles pages de l’écrivain. L’amour, la mort, le désir, la mémoire et l’oubli sont les thèmes qui traversent, d’un récit à l’autre, une même écriture.

"Si j’ai décidé un jour de faire de la mise en scène, c’est parce que je voulais essayer de placer les gens dans la situation physique, sensitive de l’écriture. Je fais du théâtre avec de l’écriture, celle qui a plus à faire avec la poésie."
ÉRIC VIGNER

L’héritage de Duras c’est aussi cette capacité qu’elle avait de remettre sans cesse en chantier ses propres œuvres et qu’elle lègue comme possibilité. L’écriture a pris forme dans les livres, les romans, les pièces de théâtre, les scénarios de films, les films… Elle n’est plus là, et pourtant, l’écriture poursuit son chemin et génère d’autres écritures. C’est pourquoi Vigner associe à ce travail les graphistes M/M, qui eux aussi remettent sans cesse en chantier et en circulation leur propre travail graphique. Ensemble, ils créent une forme nouvelle, par laquelle trois écritures se répondent - écrit, mise en scène et déroulement plastique.

"L’œuvre durassienne représente un tout. Un tout avec des périodes différentes, plus ou moins abstraites, drôles, concrètes ou tragiques. Chaque partie renvoie au tout et vice-versa. Ainsi les figures héroïques, les histoires se répondent de livre en livre."
ÉV

"Le travail des acteurs et du metteur en scène consiste à éprouver intimement la matière, le fondement de l’écriture, pour atteindre et transmettre, dans le moment même de la représentation, la sensation, l’expérience initiale dont elle procède. Si le théâtre pose toujours la question de la mise au présent du texte, l’œuvre de Duras rend cette interrogation évidente et incontournable."
ÉV

"Ernesto était censé ne pas savoir encore lire à ce moment-là de sa vie et pourtant il disait qu'il avait lu quelque chose du livre brûlé. Comme ça, il disait, sans y penser et même sans le savoir qu'il le faisait, et puis qu'ensuite eh bien qu'ensuite, il ne s'était plus rien demandé ni s'il se trompait ni s'il lisait en vérité ou non ni même ce que ça pouvait bien être, lire, comme ça ou autrement. Au début il disait qu'il avait essayé de la façon suivante : il avait donné à tel dessin de mot, tout à fait arbitrairement, un premier sens. Puis au deuxième mot qui avait suivi, il avait donné un autre sens, mais en raison du premier sens supposé au premier mot, et cela jusqu'à ce que la phrase tout entière veuille dire quelque chose de sensé. Ainsi avait-il compris que la lecture c'était une espèce de déroulement continu dans son propre corps d'une histoire par soi inventée." [2]

"À la fin de La Pluie d’ÉTÉ, Ernesto, cet enfant qui découvre L’Ecclésiaste sans jamais avoir appris à lire, accède à la connaissance, devient un professeur, puis un savant. Il part en Amérique, puis "un peu partout dans le monde, au hasard de l’implantation des grandes centrales scientifiques de la terre". La famille est détruite. La famille est en ruine, et sur ces ruines de La Pluie d’ÉTÉ, au milieu des flammes, pouvait enfin surgir cette femme magnifique qui entend une voix lui dire "Tu n’as rien vu à Hiroshima"."
ÉV

"Je vis un autre ange puissant, qui descendait du ciel, enveloppé d'une nuée; au-dessus de sa tête était l'arc-en-ciel, et son visage était comme le soleil, et ses pieds comme des colonnes de feu. Il tenait dans sa main un petit livre ouvert. Il posa son pied droit sur la mer, et son pied gauche sur la terre; et il cria d'une voix forte, comme rugit un lion. Quand il cria, les sept tonnerres firent entendre leurs voix. Et quand les sept tonnerres eurent fait entendre leurs voix, j'allais écrire; et j'entendis du ciel une voix qui disait: Scelle ce qu'ont dit les sept tonnerres, et ne l'écris pas. Et l'ange, que je voyais debout sur la mer et sur la terre, leva sa main droite vers le ciel, et jura par celui qui vit aux siècles des siècles, qui a créé le ciel et les choses qui y sont, la terre et les choses qui y sont, et la mer et les choses qui y sont, qu'il n'y aurait plus de temps." [3]

"Etre vivant implique une constante mise en relation du présent et du passé à travers l’individu que nous sommes, cependant qu’à travers chacun de nous, c’est également l’ensemble du présent et du passé qui se touchent en un point. Mais qu’est-ce que le présent sinon ce toucher ?" [4]

"Du temps passera. Du temps seulement.
Et du temps va venir.
Du temps viendra. Où nous ne saurons plus du tout nommer ce qui nous unira. Le nom s’en effacera peu à peu de notre mémoire.
Puis, il disparaîtra tout à fait."
[5]

Après le Festival d’Avignon, Pluie d’ÉTÉ À Hiroshima tourne en France en 2006/07, notamment au Théâtre des Amandiers à Nanterre, au Quartz à Brest et au TNT à Toulouse.

[1] MARGUERITE DURAS, LA COULEUR DES MOTS, Entretiens avec DOMINIQUE NOGUEZ
[2] MARGUERITE DURAS, LA PLUIE D'ÉTÉ, P.O.L 1990
[3] APOCALYPSE SELON SAINT JEAN, L’ANGE ET LE PETIT LIVRE, 10, 1-6
[4] Bernard NoËl, LA CASTRATION MENTALE, P.O.L 1997
[5] MARGUERITE DURAS, HIROSHIMA MON AMOUR, Gallimard 1972

 

© Photographies : Alain Fonteray
Textes assemblés par Jutta Johanna Weiss
© CDDB-Théâtre de Lorient

Générique & production

Œuvre originale

Titre de l'œuvre originale: 
La Pluie d'été, Hiroshima mon Amour
Auteur de l'œuvre originale: 
Langue de l'œuvre originale : 
Français
Genre de l'œuvre originale: 
,
Éditeur de l'œuvre originale: 
Année de dépôt légal ou de création originale: 
1990, 1972
Adaptation: 

Marguerite Duras (1914-1996) est une écrivaine, dramaturge, scénariste et réalisatrice française.

Générique

Langue du spectacle: 
Français
Nombre d'interprètes: 
8
Mise en scène: 
Décor: 
Lumière: 
Maquillage: 
Assistant(e) au décor: 
Reportage photographique: 

comédiennes en alternance: Emmanuelle Lafon, Johanna Nizard et Alice Varenne

Création production

Calendrier

Répétitions & création

Répétitions au Grand Théâtre de Lorient 28 Nov 2005 - 23 Déc 2005
Répétitions à La Manufacture des Oeillets - Ivry sur Seine 27 Fév 2006 - 25 Avr 2006
Répétitions au Grand Théâtre de Lorient 26 Avr 2006 - 08 Mai 2006
Avant-premières · CDDB - Théâtre de Lorient au Grand Théâtre 09 Mai 2006 - 19 Mai 2006
Répétitions à Avignon · Le Cloître des Carmes 05 Juil 2006 - 10 Juil 2006
Création au Festival d'Avignon · Le Cloître des Carmes 11 Juil 2006 - 24 Juil 2006

En tournée

CDN Normandie - Comédie de Caen 17 Oct 2006 - 20 Oct 2006
Théâtre Nanterre-Amandiers - CDN 18 Déc 2006 - 22 Déc 2006
Le Quartz - Scène nationale de Brest 17 Jan 2007 - 20 Jan 2007
Théâtre National de Toulouse - CDN 01 Fév 2007 - 10 Fév 2007

Rendez-vous

24 Fév 2006 - 25 Fév 2006
L'Institut Français de Fès célèbre Duras
Hommage à Marguerite Duras · Maroc
Complexe Culturel de Fès · Maroc

Connue comme l'une des grandes plumes du XXe siècle, Marguerite Duras a aussi sillonné le cinéma et le théâtre.

L'Institut français de Fès a choisi de célébrer cette femme incroyable à travers une rencontre avec Yann Andrea, son compagnon, accompagné d'artistes et d'intellectuels qui l'ont croisée, côtoyée ou étudiée. En coopération étroite avec l'Université Sidi Mohammed Ben Abdallah de Fès, nous écouterons, nous questionnerons cette personnalité du Monde et son œuvre immense.

Seront notamment présents, côté français : Yann Andrea, écrivain, Albert Dichy, Directeur de l'Institut de la mémoire des écritures contemporaines (Imec), Michelle Porte (cinéaste), Bernard Alazet et Christiane Blot-Labarrère (Les Cahiers de l'Herne), Éric Vigner (metteur en scène), Jutta-Johanna Weiss (comédienne), Sidi Graoui (chorégraphe), Hélène Bamberger (photographe).

18 Juil 2006
France Culture · Surpris par la nuit
Écrits de metteurs en scène · Éric Vigner
Musée Calvet · Avignon

Création radiophonique par Blandine Masson 
Réalisation : Pierre Willer
Invité: Éric Vigner

18 Juil 2006
Rencontre public · Éric Vigner
Cour du lycée Saint-Joseph · Avignon

Attirant un public d'âge varié, ce rendez-vous est une forme de rituel. Il s'agit de donner en priorité la parole aux spectateurs et de jeter ainsi les bases d'un échange direct.

13 Jan 2007
Marguerite Duras et ses comédiens
Table ronde animée par Dominique Noguez à l'IMEC

Avec Jérôme Beaujour, Claire Deluca, Michelle Porte et Éric Vigner.

Projection d'extraits de Savannah Bay, c'est toi (film de Michelle Porte - 1983) et de Duras filme (film de Jean Mascolo et Jérôme Beaujour - 1982).

Communication

Création

Festival d'Avignon
Festival d'Avignon
Festival d'Avignon

CDDB - Théâtre de Lorient

M/M (Paris) · CDDB-Théâtre de Lorient
M/M (Paris)
M/M (Paris) · CDDB-Théâtre de Lorient
M/M (Paris) · CDDB-Théâtre de Lorient
M/M (Paris) · CDDB-Théâtre de Lorient
M/M (Paris) · CDDB-Théâtre de Lorient
M/M (Paris) · CDDB-Théâtre de Lorient
CDDB-Théâtre de Lorient
CDDB-Théâtre de Lorient
CDDB-Théâtre de Lorient

En tournée

La Comédie de Caen · CDN de Normandie
Le Quartz Scène nationale de Brest
TNT · Théâtre National de Toulouse · Midi-Pyrénées

Autres

Presse

"Une scène matricielle d’où naît littéralement la langue de l’auteur."
UBU, SCÈNES D’EUROPE
"L'imaginaire du spectateur est laissé libre, en osmose avec une mise en scène qui n'impose rien, sinon l'écoute d'une écriture."
La Croix
"Pari ambitieux de réunir deux oeuvres pour donner à entendre la continuité dans l'écriture."
Le Dauphiné Libéré
"C’est plein d’humour, d’étonnement jusqu’à l’évidence, de mystère aussi."
La Tribune
"Ces phrases comme des coups de gong prêts à raisonner ensuite si longtemps."
Vogue
Presse nationale - Avant-papier
2006
Éric Vigner
2006
Presse internationale - Annonce
2006
2006
Presse régionale - Avant-papier
Mai 2006
2006-05
Revue spécialisée
Juin 2006
2006-06
Presse régionale - Avant-papier
Juin 2006
Véronique Hotte
2006-06
Revue spécialisée
Juil 2006
Jean-Louis Perrier
2006-07
Propos - Presse internationale - Critique
Juil 2006
Joëlle Gayot
2006-07
Propos - Revue spécialisée
Aoû 2006
Marie-Christine Loriers
2006-08
Presse nationale - Critique
Nov 2006
2006-11
Presse régionale - Avant-papier
Nov 2006
Isabelle Pauty
2006-11
Presse régionale - Avant-papier
Nov 2006
2006-11
Presse internationale - Avant-papier
Nov 2006
2006-11
Presse régionale - Avant-papier
Déc 2006
2006-12
Presse régionale - Avant-papier
Fév 2007
2007-02
Presse régionale - Avant-papier
Fév 2007
2007-02
Presse nationale - Avant-papier
Déc 2007
2007-12
Presse régionale - Avant-papier
07 Nov 1996
Michel Troadec
1996-11-07
Presse internationale - Annonce
24 Fév 2006
2006-02-24
Presse nationale - Avant-papier
01 Mar 2006
Claire Moulène
2006-03-01
Presse régionale - Avant-papier
22 Avr 2006
2006-04-22
Presse régionale - Avant-papier
03 Mai 2006
2006-05-03
Presse régionale - Avant-papier
07 Mai 2006
Jérôme Gazeau
2006-05-07
Presse régionale - Avant-papier
08 Mai 2006
2006-05-08
Presse régionale - Avant-papier
09 Mai 2006
Jérôme Gazeau
2006-05-09
Presse régionale - Critique
11 Mai 2006
2006-05-11
Presse régionale - Critique
11 Mai 2006
Jérôme Gazeau
2006-05-11
Presse régionale - Avant-papier
16 Mai 2006
Jérôme Gazeau
2006-05-16
Presse régionale - Avant-papier
17 Mai 2006
2006-05-17
Presse nationale - Avant-papier
05 Juil 2006
Joshka Schidlow
2006-07-05
Presse nationale - Avant-papier
06 Juil 2006
2006-07-06
Presse nationale - Avant-papier
06 Juil 2006
Odile Quirot
2006-07-06
Presse régionale - Avant-papier
11 Juil 2006
2006-07-11
Presse régionale - Annonce
12 Juil 2006
2006-07-12
Presse nationale - Critique
13 Juil 2006
Jean-Pierre Léonardini
2006-07-13
Presse nationale - Critique
13 Juil 2006
Didier Méreuze
2006-07-13
Presse nationale - Critique
13 Juil 2006
René Solis
2006-07-13
Presse régionale - Critique
13 Juil 2006
Nallang
2006-07-13
Presse régionale - Critique
13 Juil 2006
Mireille Rossi
2006-07-13
Presse régionale - Avant-papier
14 Juil 2006
2006-07-14
Presse régionale - Critique
14 Juil 2006
Xavier Alexandre
2006-07-14
Presse nationale - Critique
18 Juil 2006
Jean-Pierre Bourcier
2006-07-18
Propos - Presse nationale - Critique
25 Juil 2006
Fabienne Arvers
2006-07-25
Propos - Revue spécialisée
30 Sep 2006
Jean Chollet
2006-09-30
Presse régionale - Critique
13 Oct 2006
2006-10-13
Presse régionale - Avant-papier
13 Oct 2006
2006-10-13
Presse régionale - Critique
20 Oct 2006
Yannick Butel
2006-10-20
Presse nationale - Critique
16 Nov 2006
O.Qt
2006-11-16
Presse nationale - Avant-papier
16 Nov 2006
Laurence Liban
2006-11-16
Presse nationale - Critique
18 Nov 2006
René Solis
2006-11-18
Presse nationale - Critique
21 Nov 2006
2006-11-21
Presse nationale - Critique
24 Nov 2006
2006-11-24
Web - Critiques
24 Nov 2006
David Larre
2006-11-24
Web - Critiques
28 Nov 2006
Theothea
2006-11-28
Presse nationale - Critique
30 Nov 2006
L. L.
2006-11-30
Presse nationale - Annonce
30 Nov 2006
2006-11-30
Presse régionale - Avant-papier
14 Jan 2007
Isabelle Nivet
2007-01-14
Presse régionale - Avant-papier
17 Jan 2007
2007-01-17
Presse régionale - Avant-papier
17 Jan 2007
2007-01-17
Presse régionale - Avant-papier
17 Jan 2007
2007-01-17
Presse (onglet) - Presse régionale - Critique
31 Jan 2007
Jean-Luc Martinez
2007-01-31
Presse régionale - Avant-papier
13 Nov 2009
2009-11-13

Albums photos

Videos

Videos

11'04'' · Othello Vilgard
6'04'' · Othello Vilgard
4'52'' · Othello Vilgard
9'14'' · Othello Vilgard
6'44'' · Othello Vilgard
5'50'' · Othello Vilgard
5'30'' · Othello Vilgard
2'57'' · Othello Vilgard
4'13'' · Othello Vilgard
7'57'' · Othello Vilgard
6'02'' · Othello Vilgard
3'31'' · Othello Vilgard
5'04'' · Othello Vilgard
4'09'' · Othello Vilgard
3'12'' · Othello Vilgard
8'06'' · Othello Vilgard
2'01'' · Othello Vilgard
2'38'' · Othello Vilgard
2'03'' · Othello Vilgard
4'31'' · Othello Vilgard
2'06'' · Othello Vilgard
4'04'' · Othello Vilgard
2'11'' · Othello Vilgard
1'52'' · Othello Vilgard
1'35'' · Othello Vilgard
1'45'' · Othello Vilgard
2'02'' · Othello Vilgard
1'40'' · Othello Vilgard
1'30'' · Othello Vilgard

Audio

Audio

Radio
03 Mar 2006
France Culture · Tout arrive

Décor

Photos

7 photos
Jérémie Duchier
·
CDDB-Théâtre de Lorient
10 photos
Alain Fonteray
33 photos
Jérémie Duchier

Propos

Techniques & architecture

Août 2006 · Marie-Christine LORIERS

Éric vigner  et M/M

Un plan de scène bifrontal creusé pour les acteurs et les spectateurs dans une intimité prenante avec les textes de...

Les Inrockuptibles

25 juillet 2006  · Fabienne Arvers et Patrick Sourd

Avignon se mouille

Après la polémique, les intempéries. Le FESTIVAL D'AVIGNON...

Les Inrockuptibles

25 juillet 2006  · Fabienne Arvers et Patrick Sourd

Avignon se mouille

Après la polémique, les intempéries. Le FESTIVAL D'AVIGNON...

Matière artistique

6 photos · Paul Quenson
Texte

(...) L'Instituteur : Le monde est loupé Monsieur Ernesto.
Ernesto, calme : Oui. Vous le saviez Monsieur... Oui... Il est loupé. Sourire malin de l'Instituteur.
L'Instituteur : Ce sera pour le prochain coup... Pour celui-ci...
Ernesto : Pour celui-ci, disons que c'était pas la...

Note d’intention & entretien
Note d’intention & entretien
Note d’intention & entretien

LE FILM DES M/M PLUIE D'ÉTÉ À HIROSHIMA  basé sur une adaptation et mise en scène d'ÉRIC VIGNER d'après LA PLUIE D'ÉTÉ et HIROSHIMA MON AMOUR de MARGUERITE DURAS

À partir de la pièce PLUIE D’ÉTÉ À HIROSHIMA (mise en scène ÉRIC VIGNER), les M/M, qui en ont élaboré les décors et les costumes, vont faire un film. Il s'...

Note d’intention & entretien
Note d’intention & entretien

Art-contemporain.com

14 décembre 2006 · Julie Estève

Entretien avec Éric Vigner

PLUIE D'ÉTÉ À HIROSHIMA est l'histoire d'une rencontre entre deux textes (LA PLUIE D'ÉTÉ et HIROSHIMA MON AMOUR). C'est plus largement l'histoire d'une écriture, celle...

Note d’intention & entretien

Découverte de la Pluie d'été

ÉRIC VIGNER · Mars 1993

Né de la rencontre d'un film et d'un désir d'écriture, LA PLUIE D'ÉTÉ est un livre hybride où l'on passe insensiblement de scènes dialoguées à la narration, au récit, au roman. Le passage se fait sans heurts, avec...

Note d’intention & entretien

10 ANS

Lorient, le 4 juillet 2005 · BÉNÉDICTE VIGNER

J'ai 17 ans quand je lis LES PETITS CHEVAUX DE TARQUINIA, je découvre le Campari et MARGUERITE DURAS pour toujours. Je saoule probablement la terre entière avec cette passion que j'ai pour elle, ses histoires, ses noms, ses silences et ses cris, ses fleuves et ses villes jusqu...

Note d’intention & entretien
Dramaturgie

Apocalypse selon Saint Jean, L'Ange et le petit livre, 10, 1-6

« Je vis un ange plein de force, descendant du ciel, revêtu d'une nuée, ayant un arc-en-ciel sur la tête. Son visage était comme le soleil, ses pieds comme des colonnes de feu. Il posa son pied droit sur la mer, son pied gauche sur la terre, et, se tenant debout sur la mer et sur...

Dramaturgie

L'Ecclésiaste (extraits)

Le livre se compose de réflexions personnelles ou autobiographiques, largement exprimées en maximes et aphorismes, en paragraphes laconiques évoquant le sens de la vie et la façon de la mener. Il proclame avec emphase la vanité, la "futilité" et l'inanité de toute action humaine, sage...

Dramaturgie

Cahiers Du Cinéma N° 312/313 : Marguerite Duras Les Yeux Verts

Entretien réalisé par PASCAL BONITZER, CHARLES TESSON et SERGE TOUBIANA · 1er janvier 1980 (Extrait)

L'Ecclesiaste

CAHIERS : Quelle est la génèse des Enfants?...

Dramaturgie

Entre voix et image

Étrange parole à laquelle l'écriture de MARGUERITE DURAS donne naissance : cette parole se meut en cette zone intérieure de silence où se fait le dire du pouvoir d'entendre et que les voix peuvent envahir des échos de paroles en fragments. Ce qu'il est convenu d'appeler personnages, rôles, expressions sont...

Dramaturgie

LA VIE MATÉRIELLE

MARGUERITE DURAS · POL · 1987

Le théâtre

Je vais faire du théâtre cet hiver et je l'espère sortir de chez moi, faire du théâtre lu, pas joué. Le jeu enlève au texte, il ne lui apporte rien, c'est le contraire, il enlève de la présence au texte, de la profondeur, des muscles, du sang. Aujourd’hui je pense...

Commentaire & étude
Commentaire & étude

JEAN-FRANÇOIS PERRIER

C'est à un voyage dans l'écriture de MARGUERITE DURAS que nous invite Éric Vigner à travers deux textes emblématiques de l'auteur, un voyage qui est l'aboutissement d'une longue histoire.

Lorsqu'il présente La Pluie...

Commentaire & étude

MARGUERITE DURAS et le discours amoureux · Christiane Blot-Labarrère *

Dans d'innombrables confidences, MARGUERITE DURAS s’évertue à poser l’écriture comme son domaine. Elle ne veut exister qu'en tant qu'écrivain. Elle relègue à l'...

Commentaire & étude

Lire DURAS · CHRISTIANE BLOT-LABARRERE

LE LIVRE BRÛLE ET LES ROIS D'ISRAËL DANS LA PLUIE D'ÉTÉ

Je vous ai parlé de la difficulté d'être Juif, qui se confond avec la difficulté d'écrire; car le judaïsme et l'écriture ne sont qu'une même attente, un même espoir, une même usure. Si...